Sardine

Détruire la sardine pour spéculer sur son prix est une pratique “immorale”, a estimé mardi à Tipasa, le directeur général de la pêche et de l’aquaculture auprès du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Taha Hammouche.

Jeter à la mer des quantités de sardines pour maintenir un prix de vente élevé est une pratique “immorale déplorable”, a soutenu M. Hammouche dans une déclaration à l’APS, en marge de l’ouverture de l’année pédagogique de la formation en pêche et aquaculture à Cherchel, estimant néanmoins qu’il s’agit d’une pratique  “isolée” et donc, non représentative de la déontologie des professionnels de ce secteur.

Il recommandé aux pêcheurs concernés de faire don de l’excédant ou des invendus aux foyers de personnes âgées et des orphelins, voire même aux hôpitaux au lieu de les jeter à la mer.

“Les services du ministère n’ont pas la prérogative d’intervenir sur le prix de la sardine, qui obéit à la règle de l’offre et de la demande » a-t-il, par ailleurs, assuré.

Interrogé sur la conservation de la sardine avec de la glace comme recommandé dernièrement par le responsables du port de Mostaganem, M.Hammouche a affirmé que la sardine est un produit “hautement périssable, qui ne peut faire l’objet de conservation ou de congélation, dans le souci de préservation de la santé du consommateur”.

Pour rappel, le directeur général de l’entreprise de gestion des ports et abris-pêche de la wilaya de Mostaganem, L’ghouthi Madani avait révélé dimanche dernier, dans une déclaration à l’APS, que la destruction des invendus de la journée de samedi s’est faite de façon légale et suivant les procédures en vigueur.

Par ailleurs, le même responsable a fait part de l’entrée en exploitation prochainement de 65 projets en aquaculture à l’échelle nationale, d’une capacité de production globale de 35.000 tonnes de poisson/an.

APS.