Abdelmadjid Tebboune
Abdelmadjid Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a appelé jeudi les Algériens à “davantage de solidarité, d’entraide, de discipline, de patience et de vigilance”, pour endiguer la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19).

“En vous réitérant mon appel, en cette nuit bénie, à davantage de solidarité, d’entraide, de discipline, de patience et de vigilance, j’exhorte, encore une fois, ceux qui transgressent les dispositifs de prévention à cesser leurs agissements dangereux qui ne feront que prolonger le confinement sanitaire et mettre en péril nos concitoyens et notre patrie”, a écrit le président dans un message adressé au Peuple algérien à la veille de l’avènement du mois sacré de Ramadhan.

“Nous avons réussi à limiter la propagation de la pandémie et j’ai instruit, dans ce sens, à la reconsidération des mesures du confinement sanitaire en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain”,a-t-il rassuré, ajoutant “plus les indicateurs s’améliorent, ici et là, plus nous nous approchons du retour à la vie normale”.

Le Président Tebboune a estimé que “l’élan de solidarité et d’entraide par lequel se démarque notre peuple à chaque étape cruciale de son Histoire, nous offre l’opportunité de transformer l’épreuve en catalyseur pour un nouveau départ”, un départ, poursuit-il, avec un “nouveau souffle et une nouvelle réflexion consacrant la rupture avec les pratiques désuètes qui ont freiné l’émergence du potentiel créatif de notre jeunesse, déviée de la voie de l’édification pour être basculée dans le désespoir et la désespérance”.

S’inclinant à la mémoire des victimes de cette pandémie et réitérant ses sincères condoléances à leurs familles et proches, le Président de la République, a indiqué “je sais que vous vivez des moments difficiles, notamment vous, nos concitoyens de la wilaya de Blida, confinés dans vos maisons, parfois dans des appartements exigus”.

“Je suis conscient également qu’il y a parmi vous ceux qui ont été contraints d’abandonner momentanément leur travail, ceux qui sont inquiets pour les études de leurs enfants, et qu’il y a des malades chroniques et des gens qui ne supportent plus le confinement sanitaire. Mais que pouvons-nous faire, sinon accepter toutes les contraintes qui nous sont imposées, comme elles le sont pour toute la population du Monde face à la propagation d’une pandémie létale, que la science et les scientifiques peinent à vaincre”, a soutenu le Président de la République.