Agriculture saharienne
Agriculture saharienne

Le ministre délégué chargé de l’Agriculture saharienne et des Montagnes, Foued CHEHAT a affirmé mardi que l’Office national de l’agriculture saharienne, créé sur décision du président de la République, se consacrera au soutien de l’investissement dans la production des produits stratégiques, afin de garantir l’approvisionnement du marché national et réduire les importations.

Intervenant sur les ondes de la Chaîne I de la radio nationale, M. Chehat a précisé que “le projet de création de l’Office national de l’agriculture saharienne, devant être présenté au Gouvernement la semaine prochaine, est destiné au soutien et à l’encadrement des grands investisseurs dans la production des produits fixés par l’Etat, le but étant de garantir la disponibilité des produits et l’approvisionnement du marché national ainsi que de mettre un terme à l’importation des matières premières”.

A ce propos, M. Chehat a affirmé que les investisseurs dans le domaine de l’agriculture saharienne seront soumis à un cahier des charges précis dans lequel seront fixées les conditions à respecter, une fois le nouvel Office opérationnel, et ce après son adoption par le Conseil du Gouvernement et le Conseil des ministres et une fois la décision de sa création parue sur le Journal officiel.

Il sera, par la suite, procédé à l’annonce des terres concernées par la mise en valeur et de leurs régions, puis à la réception et l’étude des demandes d’investissement, selon le même responsable.

Pour ce qui est des conditions devant être respectées par les investisseurs, M. Chehat a expliqué celles-ci englobent l’approbation de la production des produits stratégiques fixés par l’office, à leur tête, la culture et la production du sucre, ainsi que la culture et la production céréalières, notamment le blé tendre, en plus des céréales entrant dans la production de l’huile de table, comme le soja, le mais et les fourrages.